vendredi, décembre 06, 2019

Mon podcast numéro 25 chez Radio Rectangle

Duo bientôt

Nous avons ce duo, avec Cléa, totalement improvisé, autour de ses chansons, les nôtres, les miennes, celles des autres, sans set list, en échangeant les rôles

Il faudrait peut-être que je laisse le marqueur gloss de coté

Je peins ce tableau, une commande pour Xavier. Et en cours de route, je me dis qu’il faudra peut être, à terme, enlever le marqueur gloss que j’utilise pour mes lignes, et qui, ici, n’est pas encore posé.

Enregistrement au studio de Cléa Vincent

Aujourd’hui j’étais au studio de Cléa Vincent pour enregistrer des nouvelles choses en vue d’un de mes prochains albums solo. Cette phrase paraît vantarde mais je ne vois pas comment vous dire autrement que j’enregistre toujours plusieurs albums en même temps, depuis toujours. Cela me permet de laisser une casserole bouillir sur le feu pendant que je m’occupe d’une autre. Il n’y a pas de perte de temps et pas non plus d’acharnement. Pour que cela reste spontané. Ainsi, si la semaine dernière je vérifiais une dernière fois mes mixs pour mon prochain album à paraître en février, et si cette semaine j’enregistrais des éléments pour un autre prochain album, les sessions d’aujourd’hui dans le studio de Cléa Vincent sont encore un autre assemblage à préparer. Il est possible que ce matériel là sorte en avril. Quoiqu’il en soit j’ai enregistré la moitié de ce que j’avais à y faire et que je me refuse à spoiler ici. En tout cas c’est Cléa qui était à la prise de son. Quand soudain nous avons enfin fait la connaissance de Pi Ja Ma qui balançait juste au dessus pour leur concert de ce soir. Pauline et Axel donc. Dont je suis fan. 
De retour chez moi j’écoute les nouveaux mixages de l’album de Jeanne Rochette et prépare un nouveau tableau, une commande pour Xavier. 



 Dans le studio de Cléa je re découvre des vieux dessins que j’avais faits puis oubliés
Cléa dans son studio

mercredi, décembre 04, 2019

mardi, décembre 03, 2019

Enregistrement

Hier j’ai avancé sur des enregistrements pour Maximum Cagole. Une nouvelle chanson. Et puis j’ai fini mon podcast mensuel, « Pizza Giani » qui sera en ligne vendredi sur le site de Radio Rectangle.
J’ai quelques commandes de tableaux, donc j’ai aussi préparé cela. Puis j’ai suivi via internet les mixages de l’album de Jeanne Rochette que je réalise et que Guillaume Léglise mixe. C’est fou le nombre de choses que l’on prépare en musique en attendant le résultat final. Jouer en concert ou dessiner des tableaux est plus immédiat. 

Mes tableaux, leurs vies chez vous

J’aime beaucoup quand on m’envoie ce que deviennent mes tableaux chez vous. Ici Christophe

lundi, décembre 02, 2019

Le poly linguisme en chanson

En 2016 j’ai décidé de chanter dans un nombre de langues plus important. Mon ami Youssef Abado parle beaucoup de langues, j’en parle trois et Valérie Hernandez, qui écrit quelques uns de mes textes, également. En 2013 elle avait écrit des paroles pour moi en espagnol. En 2016 j’ai demandé à Youssef de m’écrire des textes italiens puis arabes pour deux singles. Ca m’a tellement plu qu’en 2018 je lui ai demandé d’écrire des textes pour tout mon album « blues de geek manifesto » que je souhaitais re chanter en italien. Ce fut terminé en 2018 et sortait sous le titre « blues de geek manifesto italiano ». Il a collé au texte d’origine parfois et parfois non. J’étais surpris par la légèreté que prenais certains textes en passant de l’anglais à l’italien, sur le plan mélancolique. La où le français est grave, l’anglais le transforme en mélo et l’italien en pop ingénue. Lorsque Youssef m’a écrit des textes en arabe, certaines images prenaient  également une couleur différente. Le sens devenait moins descriptif et plus narratif. Comme si les consonnes tentaient de ralentir le rythme. Ces variations m’ont donné envie d’aller plus loin dans l’exploration des langues. Le label 1EPparJOUR m’a proposé d’écrire dans l’urgence trois EP et l’envie d’explorer les langues m’est revenu encore. Au même moment je préparais un album pour le label Equilibre Fragile autour du ukulele. Avec seul cet instrument comme accompagnement j’ai souhaité chanter en beaucoup de langues. J’y ai glissé une chanson avec le texte arabe de Youssef et une autre avec un de ses textes italiens. La couleur changeait encore. Entre les EPs pour chez 1EPparJour et l’écriture de « Uku Tape », cet album chez Equilibre Fragile, j’ai eu l’impulsion d’écrire en russe, langue que je parle depuis le collège, pour des chansons tristes ou disco. J’étais â ce moment là en train de terminer l’album de Les Clopes, entièrement francophone, lui, et une des chansons me semblait possible à adapter en polonais avec les quelques mots que je connais. C’était fin 2018 et je publiais au même moment « KIM meets Jorge Bernstein & The Pioupioufuckers at the Bernstein Corporation: Violence Ultimatum » un disque de garage heavy chez Super Apes dans lequel 18 mois auparavant nous avions co écrit et chanté un des morceaux de l’album en breton. Tout cette gourmandise me donnait envie d’explorer encore les langues. Valérie Hernandez m’écrivait encore un texte en espagnol tandis que je récupérais une chanson francophone que nous avions écrite avec Cléa Vincent et dont elle ne se servait pas. Lorsque « Uku Tape » est sorti en avril 2019 il y’avait 5 langues dedans. Les Eps de chez 1EPparJour etant sortis et ayant de coté d’autres chansons et l’envie de rassembler mes singles de 2016 co écrit avec Youssef Abado, je publiais « Lost Mambos & Riz Wok » en août 2019 avec 8 langues dans l’album. Car entre temps j’avais rencontré Marie Klock, une excellente musicienne à l’écriture géniale, parolière inspirée qui écrit surtout en français mais aussi en allemand. Je lui commandais quelques textes en allemand et « ein apfel und ein ei » est une des chansons de mon répertoire qui m’a le plus ouvert de possibilités récemment sur le plan musical. Chanter un album comme « blues de geek manifesto » en anglais puis le rechanter en italien grâce à la co écriture de Youssef Abado fut une formidable expérience. Cela dit c’est un chantier important. Pour la suite je ne sais pas si retenterai le poly linguisme de cette façon la ou de manière plus éclatée. Ce qui est sûr c’est que j’ai encore des envies de découvrir des langues grâce à l’écriture de chansons. 
J’ai aussi été surpris par m’accueil des langues. Aujourd’hui lorsque je chante en concert je chante anglais, russe, italien, arabe et allemand. Le russe fait rire les gens. Et je ne sais pas pourquoi. L’italien les rend langoureux, l’allemand les rend nerveux et l’arabe leur donne l’impression que je chante espagnol. En réalité mon accent est souvent la cause de tout ceci. Et pas seulement. Pour le public l’allemand est une langue anxiogène. Ce que je déplore. Quant à l’arabe, si il n’est pas accompagné d’un folklore oriental il n’est pas identifié par le public néophyte. Pour l’italien c’est idem. Si on chante italien on doit exagérer les gestes, chanter ténor. Sinon ça fait rire. Pareil pour les commandes de musique à l’image. Lorsque mon album italien est sorti je l’ai fait savoir à quelques personnes qui travaillent dans la synchronisation de musiques. Il y’avait de la demande pour de la pop italienne. Pas seulement chantée en italien mais aussi avec le cliché de la pop légère italienne des années 80. Car depuis la France, la pop italienne doit être guimauve, sinon ca n’est pas de la pop italienne. 
J’avais constaté ce cliché pour les musiques africaines. Celui qui n’aime pas écouter des musiques d’autres pays que le sien aura envie d’entendre le folklore et ne supportera pas d’entendre un pays autre que le sien utiliser les mêmes outils. Je me souviens de Touré Kouda et de certaines critiques leur reprochant une musique pas assez typique. Cette fermeture culturelle est un des grands défauts de l’ethnocentrisme occidental. Pourquoi les autres pays devraient être nos cousins éloignés musicaux sans être non plus des équivalents s’exprimant simplement dans un autre langage. Pourquoi doivent ils rester dans leurs jus? Imaginez votre cousin québécois avec qui vous refusez de manger une pizza sous le prétexte qu’il doit se nourrir exclusivement de poutine. Le poly luinguisme en chanson nous place devant cette impasse culturelle que je souhaite défier. Mon ami Youssef me disait « je t’écris des textes dans plein de langues mais je tiens à ce que tu ne récites pas dans ta musique la culture immédiatement liée à la langue, car ça c’est un raccourci souhaité par les amateurs de world music et c’est trop ethnocentré ». Il avait raison. King Gizzard & the Wizard Lizard , eux, ne sont pas tombés dans le piège avec « flying microtonal banana »: ils jouaient entièrement micro tonal comme dans les musiques du monde arabe, mais avec leur grammaire de groupe de garage. Dans la forme c’était australien, mais les mélodies, elles, tendaient vers l’orient. 
C’est une piste qui me motive. 


dimanche, décembre 01, 2019

Le court métrage avec Alienor Duplessis



Il s’agit d’un court métrage de zombies dans lequel je joue le rôle d’Hervé. Un type qui travaille dans un bureau et se fait mordre par une créature. La photo de la morsure montre la réalisme du maquillage. Ca n’est pas fini. C’est en cours. C’est Alienor Duplessis qui réalise. 

Chez Maddy

Maddy m’avait passé une commande autour du clash Ringer/Gainsbourg