mardi, décembre 02, 2008

WEEK END AVEC EUROPE AND CO

"EUROPE AND CO" est une association de Rouen qui est, je pense, une de celles qui reçoit le mieux en France ,actuellement, les musiciens. Je ne dis pas cela uniquement par rapport à l'accueil que j'ai a chaque fois que je pars jouer pour eux, mais aussi de ce que j'observe vis a vis de leur accueil et promotion de chaque concert qu'ils organisent.
Donc pour moi, le fait de prendre le train corail jusqu'à Rouen me faisait tres plaisir le 28 novembre. A la base du projet, je devais faire la premiere partie de Troy Von Balthazar a l'emporium galorium de Rouen. Mais là où les choses vont devenir intéréssantes, c'est que "Europe and co" ,qui organise alors ce concert, se font la réflexion lors, probablement, d'une de leurs réunions, d'un petit soucis de programmation trop rapprochée quant à la premiere partie: moi. En effet, ma recente venue datait du mois de mai. Pour cette association maline et courageuse, l'annulation du concert n'est pas une bonne idée. Mieux vaut réfléchir. Et à ce moment là, les membres de l'association pensent à la premiere fois qu'ils m'ont vu sur scene, à Rouen, exo 7 en premiere partie de Dionysos, en novembre 2005 ( http://leblogdekim.blogspot.com/2005/11/semaine-geniale_28.html ). Pour ce concert, j'avais joué beaucoup de banjo. Ils se disent alors que je pourrais faire un concert de banjo en solo, ce qui serait un peu different du concert precedent. Ils me proposent, et bien sur j'accepte. Un défi. "Don Lee Doo" au banjo. Je l'avais fait en juin à Paris. Une nouvelle tentative? Ok. A ce moment là, l'association va jouer avec ma gourmandise, et ce sera la cascade de projets. Je reponds que faire un dj set à Rouen la veille pourrait m'intéresser. L'association me trouve un contrat au Sharivari, un bar electro du coin. Puis, du meme coup me propose un showcase dans un magasin d'instruments de musique. A quoi je reponds oui, et propose de faire une performance multi instrumentiste. Ils repondent par l'affirmative et le patron du magasin et emballé par l'idée. Puis Europe and Co me propose un émission de radio et une session acoustique pour leurs videos en streaming sur dailymotion. C'etait il y'a quelques mois.
Donc, j'arrive le 28/11/08, je descends du train, Thierry et Doralie, de l'association, viennent me chercher, on fonce à une émission de radio, je fais une interview, puis je joue deux chansons au banjo. Puis on fonce manger, puis je mets mon costume de Dj Sucemab pour un dj set au Sharivari. L'ambiance est incroyable. Thierry trouve que çà "met du temps à monter". Mais moi je trouve au contraire que les gens dansent. Puis c'est le chaos, 40 personnes sur la piste. J' enchaine mon bootleg que j'avais réalisé pour le mouv avec des mixs en direct de tubes houses de la fin des années 80, de MAARS a S EXPRESS en passant par CONFETTI. Ca passe. Je casse le set avec du hard rock. Ca passe. Je reviens au disco funk. Ca passe. Les platines cds ont des loops. Je fais donc des samples en direct. Des boucles insuportables. Avec les platines vinyles, je scratche un peu, je mixe Prince avec tout et n'importe quoi, encore des boucles insuportables, les gens crient. Je lance Blondie, ils se jettent en l'air. Je tente de mettre des tubes FM. Ca passe. Tout passe. Je tente un Stray Cats, une fille mi Betty Boop mi Emily The Strange saute sur la scene ou etait installée ma table de dj, fait sauter le rockabilly, elle hurle et me montre sa poitrine où etaient tatoué une sorte d'aigle. Le tout devant Freddy d'Europe and Co qui n'en croit pas ses yeux. Le patron veut que je revienne mixer. Incroyable. Mon meilleur souvenir en dj set!
Le lendemain, apres une grasse matinée, je fonce faire une session acoustique dans la rue pour les videos en streaming de l'association ( voir post d'en bas). Un plaisir dingue de refaire un peu de musique en rue. De plus, j'avais emprunté un Dobro au magasin de musique ou j'allais jouer apres. Un Dobro est une guitare en fer. La classe. Puis, apres ce court concert, je pars à Royez Music, le magasin ou j'avais emprunté ce Dobro, pour faire ma "performance multi instrumentiste". Là, Nyco, le patron, avait deja tout installé: une batterie, un accordeon, une guitare, un ukulele, deux claviers, une mandoline et un piano. J'étais comme un enfant dans un magasin de jouets. Ou comme un musicien dans un magasin d'instruments de musiques. Mais qui aurait le droit de tout toucher, et qui, en plus, aurait du public! Il y'avait peut etre 20 personnes, ce qui remplissait bien le magasin. Le patron m'avait prété un drole de truc: une boite à rythme indienne, et un sitar electronique. Que j'ai utilisé. Normal. C'etait beaucoup trop intrigant. J'ai fait avec çà une version psyché de "when the river turns around" au synthé Elka avec les instruments electroniques indiens. Puis j'ai joué "ocean bird" à la mandoline, une chanson au ukulele, une autre a l'accordeon, un peu de guitare, un solo de batterie, puis un peu de piano, un zeste de guitare espagnole, puis la fin de "Radio Grady" a la batterie. J'étais ravi. Nous somme ensuite partis pour la balance. J'ai fait la connaissance de Troy Von Balthazar durant sa session acoustique et sa balance. Puis j'ai fait la mienne. Le fait de faire un concert solo au banjo, comme en 2005, me faisait un drole d'effet. J'etais content. Durant le repas, je faisais des projets. Pourquoi pas un disque uniquement joué au banjo?Avec une tournée apres, entierement au banjo. D'ici quelques années. Le temps de rassembler du public!
Le concert s'est tres bien passé. Les gens ont joué le jeu. Je leur ai bien expliqué que mon disque le plus recent ne contenait pas de banjo, et que dans mes anciens, il n'y en avait quasimment pas non plus, mais que, l'un dans l'autre, çà n'avait pas d'importance, puisque les chansons sont les memes, et que cette experience faisait plaisir à l'organisateur autant qu'à moi. Les gens ont compris. Ils ecoutaient. Bien. Attentifs. Puis j'ai vendu des disques. Chaque personne qui m'en achetait un me disait:" je suis curieux d'entendre les versions avec batterie et clavier et tout le reste". J'avais réussi à faire passer les gens au dessus des codes, des reperes et de l'habillage pour qu'ils n'ecoutent QUE les chansons. Une chose qui arrive rarement. Je suis donc plus que content.
Le soir, je rentrais à l'hotel, ravi de ce week end.
Un message pour moi: "monsieur, il y'a ces deux sacs pour vous". Le patron du magasin de musique me pretait ses instruments electroniques indiens pour quelques temps et les avait laissés à mon hotel. Que des gens gentilles à Rouen!
Ciao.

2 commentaires:

Virginie Guilbert a dit…

Un plaisir de découvrir ta musique et de faire ta connaissance "rapide". Thierry est un petit con mais il a quand même bon goût (il suffit de regarder la belle Doralie). Pas encore eu le temps d'écouter ton album avec plein d'instruments dedans mais je m'y attelle dès que possible.
Virginie (avec l'adresse email en .ca)
thegraphicslut.blogspot.com

kim a dit…

Thierry n'est pas un petit con. C'est bizarre, les gens qui disent des compliments contrebalancent toujours avec des gags un peu agréssifs.
Merci pour ton message Virginie.